J’ai sucé un vieux dans les toilettes publiques…

Voici mon histoire de cul qui m’est arrivée hier et que je garderai dans mes souvenirs bien longtemps ! Je suis allé faire mes courses comme tous les Samedis après-midi à la grande surface près de chez moi. Ce magasin possède une galerie marchande superbe, un vrai piège à carte bleue, surtout pour moi qui ait un peu les poches percées. Enfin bref, ce n’est pas le sujet aujourd’hui ! Après avoir fait mes courses, je suis allé les mettre dans mon véhicule sur le parking. Une grosse envie de pipi me prit et malgré les quelques kilomètres seulement que j’ai à parcourir, je ne me voyais pas prendre le volant, d’autant que je ne porte pas de culotte, ça aurait fait un peu désordre dans la voiture de mon mari !

 


Me voila partie en direction de la galerie marchande, puis en direction des toilettes publiques qui se trouvent dans un petit couloir à l’abri des regards indiscrets. En arrivant dans les toilettes femmes, j’ai eue la grande surprise de tomber sur une queue incroyable. A croire que c’était l’heure de pointe pour le pipi room ! N’Ayant pas vraiment le temps d’attendre, je me suis décidé d’emprunter les toilettes hommes. Faut dire qu’il n’y avait personne et puis voir arriver une femme comme moi, je ne pense pas qu’ils seraient plaint ;).

 


Seulement deux hommes s’y trouvaient, un beau mec d’une trentaine d’année qui se trouvait un peu gêné mais qui m’acquiesça un petit sourire à mon passage. J’ouvre la porte d’une des six cabines, et qu’elle stupeur j’ai eu, en m’apercevant qu’un homme d’une soixantaine d’années était la, assis, sur le point de faire ses besoins. Mon regard se pose sur son sexe au repos, un engin monstrueux, pas moins de 20 centimètres et d’une épaisseur à faire pâlir de jalousie, n’importe quel hardeur ! Le vieux ne fut même pas surpris de me voir et je dirai même qu’il fur agréablement surpris par ma présence ! Le vieux cochon ! Soudain, il prit son gros sexe dans les mains et me demanda:  » c’est ça que vous voulez ? » . Rouge de honte, je ne savais plus quoi dire… Et je poursuis:  » Vous avez un sexe imposant qui m’aurait bien tenté si je n’étais pas marié cher monsieur ! »
Il rétorqua:  » il n’y a que vous et moi qui le saurait, ma petite dame, faite vous plaisir ! »
Ce vieux porc n’était pas très beau mais j’avoue qu’un sexe de cette taille m’attirait beaucoup ! J’avance d’un pas pour rentrer avec la papy et referme la porte derrière moi. Je me retrouvais donc seul avec cet homme dont le sexe commençait à gonfler de plus en plus.

 

Ce coquin me demande de m’asseoir devant lui. Etant hypnotisé par la vue de cet énorme pénis, je ne pu qu’assouvir sa demande. Je m’agenouille et prend son gros braquemart dans les mains. Il sentait l’urine, une odeur très forte qui m’attirait tel un parfum aphrodisiaque. Ma main n’arrivait même pas à faire le tour de ce beau pénis qui venait d’atteindre sa taille maximale. Je le gobe tant bien que mal, pendant que le type m’empoignait pas les cheveux en me demandant de l’enfoncer bien au fond de la gorge. J’astiquais la belle bite en me régalant comme une gourmande. Elle était tellement bonne que je la lâchais plus. Le sexagénaire se retenait de gémir, visiblement, cette pipe le comblait de bonheur. Pendant que je continuais à le pomper goulûment, le salaud me pelotait mes gros seins bien dardés comme un pervers.

 


Soudain, je sentais sa respiration de plus en plus rapide et de plus en plus forte, il allait éjaculer le pervers ! Le voila qui se tord de plaisir et m’envoie un giclée de sperme qui vient de finir sa course dans mes cheveux. Je continuais à le branler vigoureusement et le purger complètement de cette bonne liqueur que j’essaie de récupérer tant bien que mal.
 » Nettoie bien ma queue, salope ! », me lance t-il !
Telle une salope en rut, je passe ma langue sur son gros gland encore très gonflé pour avaler les quelques gouttes de sperme qui s’y trouvait puis une dernière fois, j’avale entièrement la grosse bite de ce vieux coquins qui pousse ses derniers râle de plaisirs.
- » C’était bien, lui demandais-je ? »
- « Oui, ma belle, tu es une reine de la pipe ! »

 


Je me relève donc, je tape un clin d’oeil à cet inconnu et ressort de la cabine discrètement. Ma chatte était complètement inondée, je regrette de ne pas m’être fait culbutée par ce sexe énorme que je ne reverrais certainement pas de si tôt. En attendant, j’ai pris un pied monstre, et quelle excitation de sucer un inconnu dans des chiottes publiques, je ne regrette pas mon geste…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Contactez-les !